[FEQ] Compte rendu, 11 juillet 2016

Lui-même. Photo : Jacques Boivin

L’année dernière, le lundi, on avait droit à ceci au Pigeonnier :

Future Islands - Photo : Marion Desjardins
Future Islands – Photo : Marion Desjardins

Non, pas de coup de chaleur pour le patron en ce lundi. Contrairement à de nombreuses fans finies de Selena Gomez, on y a pensé. Si les deux scènes principales pouvaient s’avérer moins attirantes pour nos lecteurs, les deux scènes extérieures gratuites avaient, pour leur part, d’excellents spectacles à proposer.

Elliott Brood – Place d’Youville

Le parterre de place d’Youville est rapidement passé de clairsemé à plein pendant la performance du groupe ontarien Elliott Brood, qui avait la mission de lancer les hostilités. Pour avoir vu Elliott Brood une poignée de fois depuis leurs débuts, le groupe donne l’impression de s’être assagi. Hier soir, sous un magnifique soleil d’après-midi, le groupe a offert une performance honnête, mais en puisant ailleurs dans leur discographie. Ils auraient pu présenter un spectacle un peu plus varié et moins poli. Mais ça, les spectateurs ne le savaient pas nécessairement. Les chansons Their Will et Miss You Now en final de parcours étaient particulièrement réussies et la foule a apprécié. Le trio avait l’air heureux de son expérience, le guitariste et chanteur secondaire Casey Laforet exerçant son français à plusieurs reprises. Bref, une autre bonne prise. En quittant, nous pouvions constater l’effet Strumbellas, qui a sans doute joué devant une très belle foule! (Julien Baby-Cormier)

Yukon Blonde – Scène Fibe

Yukon Blonde – Photo : Jacques Boivin

La formation de Vancouver était de retour à Québec sous un magnifique soleil et devant de nombreux spectateurs montés expressément pour entendre Jeff Innes et ses acolytes. Le groupe a commencé par des pièces de son plus récent album, On Blonde, qui marque un virage très new wave par rapport au gros rock bien baveux que proposait le groupe auparavant. Si le pari était audacieux, à voir les visages ravis massés autour de la scène, il a été relevé avec brio. Il faut dire que certaines chansons comme l’enivrante I Wanna Be Your Man s’insèrent très facilement entre deux vieilles pièces. Petite remarque du côté du son : d’où j’étais, j’avais l’impression de recevoir une pluie de briques au visage. C’était solide, la basse groovait juste assez, parfait pour l’ambiance qu’a voulu installer le groupe. À revoir!

Raton Lover – Scène Fibe

Raton Lover

Le groupe de Québec revient tout juste de France où il a joué au festival Pause-Guitare d’Albi. Aucun signe visible de décalage horaire chez nos amis ratons, qui ont plutôt montré à quel point ce voyage outre-Atlantique leur a fait du bien. Simon était tout sourire, Martin avec sa gueule de rock star, Frédérick drummait sagement ou jouait du piano avec entrain, et les deux guitaristes Éric et Simon s’échangeaient les solos comme on s’échange des mots doux. Le groupe a profité de l’occasion pour nous présenter quelques nouvelles chansons. Si votre humble serviteur avait peur que le groupe perde un peu de sa saveur avec sa popularité grandissante, il a été rassuré très rapidement : cette subtile fibre Wilco qui accompagne les compos du band est beaucoup plus forte sur le nouveau matériel. À surveiller cet automne. Il ne font pas partie de nos chouchous pour rien.

Half Moon Run – #PopUpFEQ

Half Moon Run – Photo : Jacques Boivin

L’église abandonnée de Saint-Cœur-de-Marie sur la Grande Allée s’est vue redonner ses airs de noblesse hier, à l’aube de la demi-lune, lorsque la formation Half Moon Run y a interprété quelques bijoux musicaux. En fin de soirée, une foule hallucinante s’était déplacée pour assister à ce moment de grâce mais, malheureusement, plusieurs mélomanes n’ont pas réussi à franchir le seuil du majestueux monument.

Half Moon Run – Photo : Jacques Boivin

Portés par l’amour qui inonde le lieu désacralisé et une écoute remarquable du public, Devon, Conner, Dylan et Isaac ont offert six pièces, chacune reçue comme un cadeau du ciel. Débutant avec I Can’t Figure Out What’s Going On, une chanson de leur plus récent album Sun Leads Me On, ils ont ensuite privilégié leur premier opus Dark Eyes pour le reste du concert.

L’acoustique grandiose a magnifié les déjà magnifiques Unofferable, Need It, Give Up et l’incontournable Full Circle. Magie durant cette dernière, alors que la voix des musiciens s’élevait vers le plafond vertigineux pour se mêler harmonieusement aux puissants chœurs provenant de l’assistance.

Half Moon Run – Photo : Jacques Boivin

Avant de s’éclipser, le quatuor s’est installé au milieu de la marée humaine en délire. Sur une reprise de Vampire du groupe canadien Pink Mountaintops, toute l’église tapait des mains et des pieds en alternance, au point d’en faire trembler son plancher. On était transporté par la musique, on ressentait beaucoup d’amour. Et on a vraiment hâte de revivre ça ce soir au Parc de la Francophonie, sous la chaleur et les étoiles. (Marie-Thérèse Traversy)

Enregistrer

Enregistrer

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *