[SPECTACLE] Hologramme + Ghostly Kisses, le Pantoum, 5 février 2016

Les portes du Pantoum se sont fermées aux alentours de 9h vendredi dernier, puisque leur spectacle affichait déjà complet, chose rare pour la salle réputée pour ses heures tardives. Soit l’ouverture des portes à 20h a su, cette fois, motiver le public à arriver d’avance, soit il y en avait plus d’un qui attendait ce spectacle avec impatience. Toujours est-il que c’est une salle bien remplie (autant en quantité qu’en qualité) qui a accueilli Hologramme dès 9h30.

Le groupe de Montréal a commencé en force avec une pièce plus dansante, et ce devant un public déjà assez enthousiaste. Enfilant les chansons de leur album homonyme, Hologramme est passé à une section plus downtempo, remplie à souhait de synthé (on comptait alors trois claviers pour deux musiciens sur trois) et étirée par différentes improvisations musicales. Ça a donné le coup d’envoi pour la soirée, puisque le public déjà chaleureux s’est alors dégêné puis déchaîné. On a même eu droit à un épisode de bodysurfing difficile à décrire. Le tout s’est terminé avec une finale plus rock, pour ensuite déboucher sur la dernière chanson, où le groupe a donné toute l’intensité qui lui restait pour nous faire bouger sur un tempo accéléré.

Fait intéressant : depuis leur dernier spectacle à Québec, Hologramme ont décidé de changer leur formule live et de laisser plus d’espace aux jams. C’est à mon avis une nouvelle formule gagnante, puisqu’on leur a trouvé une intensité nouvelle dans les abondants solos de synthés ou encore dans les passes de basse et de batterie d’hier soir. La musique d’Hologramme, un heureux mélange de synthétiseurs, de rock, de groove et d’échantillonnage, se prête ainsi mieux à la performance sur scène, l’endroit où leur musique fait bouger tout le monde.

Ghostly kisses

À l’arrivée de Ghostly Kisses, la fête s’est pour ainsi dire suspendue. Accompagnée ce soir-là par trois musiciens de talent de la ville de Québec (Antoine Angers, Vincent Lamontagne et Jean-Étienne Collin Marcoux), Margaux Sauvé a charmé le public avec sa voix douce et riche. En plus de ses simples plus connus, elle nous a joué différentes pièces qui explorent ses diverses influences (ballade rock, pop, électro) ainsi que quelques reprises. On a aussi eu droit à une nouvelle chanson, puis la chanteuse nous a annoncé que d’autres «surprises» arriveraient bientôt.

Côté musique, Ghostly Kisses a un certain talent pour mélanger le lyrique (piano, violon, voix) et le rythmique (basse, guitare, batterie). En live, les musiciens qui accompagnaient Margaux Sauvé savaient s’effacer tout en ajoutant leur touche personnelle. C’est que le groupe est habituellement composé de Margaux Sauvé et de Dragos Chiriac (Men I Trust), compositeur.

Ils ont livré une belle performance, plus intimiste et réservée que celle d’Hologramme. Les premières rangées ont d’ailleurs écouté le spectacle attentivement, mais on entendait en bruit de fond ceux qui étaient restés dans l’esprit de la fête en arrière. On aurait peut-être pu inverser l’ordre des spectacles pour assurer une meilleure écoute à Ghostly Kisses et un public déjà réchauffé pour danser sur les pièces d’Hologramme.

Toujours est-il que la soirée s’est bien déroulée et que, le spectacle se terminant exceptionnellement à 11h30, le public a pu se disperser et profiter du temps qui restait pour fêter ou parler entre amis. Décidément, on aime les spectacles de ce genre !

Photos : Marion Desjardins/ Llamaryon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *