[À VOIR] Florent Vollant, Grand théâtre de Québec, 20 octobre 2015

Florent Vollant est un auteur-compositeur-interprète innu qui est né au Labrador et a grandi à Maliotenam, juste à côté de Sept-Îles, après qu’on ait déplacé sa communauté parce qu’une minière avait pollué le lac près duquel elle vivait. Là-bas, il fait la rencontre de Philip McKenzie (une légende), qui l’a pris sous son aile et l’a initié à la scène.

Plusieurs d’entre vous le connaissez sûrement pour sa participation au groupe country-folk Kashtin, qu’il a formé dans les années 1980 avec Claude McKenzie. On a tendance à l’oublier, mais Kashtin a longtemps été le plus grand groupe de musique des Premières nations. McKenzie et Vollant ont fait le tour du monde. Chez eux, les membres de Kashtin sont des superstars.

Le premier album du groupe s’est vendu à plus de 100 000 exemplaires au Québec seulement, et il a ensuite été certifié double platine! C’est énorme pour un groupe qui chante dans une langue comprise par à peine 12 000 personnes dans le monde! On a tous vu le clip E uassiuian (notre enfance) au moins une fois. Une magnifique chanson qui a fait le tour du monde.

Si tout allait bien à l’extérieur, la vie était moins facile pour les membres de Kashtin. McKenzie vit de nombreux problèmes personnels. Vollant n’est pas en reste : il doit s’occuper de sa famille et de ses enfants. Le groupe s’arrête donc quelque temps après la sortie de son troisième album (probablement le plus abouti).

Florent Vollant commence alors une belle carrière solo. Son premier album, Nipaiamianan (Noël), connaît un grand succès. Faut dire qu’il offre un regard tout neuf sur le temps des fêtes : toutes les chansons sont en langue innue. Vous avez sûrement entendu sa version folk de la pièce-titre, un bijou chanté avec émotion et sincérité. L’album connaît un grand succès, autant critique que commercial. Vollant réussit à déringardiser l’album de Noël! L’album est même béni par le pape Jean-Paul II (en plus de recevoir un Juno). C’est peut-être peu impressionnant dans un société postreligieuse comme la nôtre, mais chez les Innus, encore très croyants en 2015, c’est la consécration. À Maliotenam, Vollant est un monument.

https://www.youtube.com/watch?v=fGp5_RAjfb8

Ses albums suivants, Kataq et Eku Mamu, ont aussi une belle carrière. Chez les non Autochtones, on ne considère plus Vollant comme une curiosité world locale. Non, maintenant, on le considère plutôt comme un des excellents auteurs-compositeurs-interprètes folk de notre génération. Ses chansons sont des modèles de douceur et de subtilité, même dans les moments les plus intenses.

Florent Vollant est également un homme extrêmement impliqué dans sa communauté. Avec Philip McKenzie, il lance en 1985 le festival Innu Nikamu, qui a fêté cette année son 30e anniversaire. L’événement est une belle célébration, une fête à laquelle tout le monde, Autochtones comme non Autochtones, est invité. Vollant a également ouvert son propre studio, Makusham, un lieu magnifique qui permet non seulement aux artistes de la région d’enregistrer leurs chansons dans un contexte professionnel, mais qui crée également des emplois motivants et valorisants au sein de la communauté.

Florent Vollant Puamuna (Instinct musique)

Florent Vollant
Puamuna (Instinct musique)

Au début de 2015, Florent Vollant lance Puamuna (Rêves), son quatrième album solo et, de loin, son plus abouti. Enregistré entièrement à Makusham (une première dans le cas de Vollant, aussi ironique que cela puisse paraître), Vollant a fait appel à ses amis Réjean Bouchard et Kim Fontaine, qui l’ont accompagné, ainsi que Richard Séguin et Pascale Picard, qui lui ont offert des chansons. Un album riche, rempli de textures, d’émotions, de mélodies accrocheuses, que votre humble serviteur a bien aimé.

Depuis, Vollant est parti en tournée, une tournée qui l’amène à Québec ce mardi 20 octobre. Bien sûr, les chansons de Puamuna seront à l’honneur, mais on pourra aussi entendre d’autres pièces du répertoire de ce troubadour innu au coeur grand comme le territoire couvert par le train entre Shefferville et Sept-Îles. Les amateurs de folk à l’américaine, qui trippent sur la guitare de Réjean Bouchard (qu’on peut entendre sur plusieurs albums de Richard Séguin), seront comblés.

Nous y serons et nous vous en parlerons avec le plus grand des plaisirs.

QUI : Florent Vollant
OÙ : Grand Théâtre de Québec, salle Octave-Crémazie
QUAND : Mardi 20 octobre 2015, 20 heures
COMBIEN : 38,50 $ à 45,50 $ (BILLETECH)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *