Critique : Beck – « Morning Phase »

Le plus sympathique des scientologues est de retour… et il est plutôt tranquille! Bah, ce n’est pas la première fois qu’il nous fait le coup de l’album folk-pop introspectif. On n’a qu’à se rappeler Sea Change, le meilleur album de son répertoire, et de loin.

BeckBeck est excellent quand il mélange le country, le grunge et le rap. Il est capable de faire danser tout le monde en même temps. Mais c’est quand il est tranquille, une guitare à la main, qu’il est à son meilleur.

Morning Phase reprend exactement là où Sea Change nous avait laissés. Guitare acoustique. Piano. Peu d’effets, et ceux-ci sont très subtils. Airs tristes. Beaucoup d’adieux. Quelques réflexions. Heureusement, contrairement à Sea Change, le Beck Hansen de Morning Phase est beaucoup plus optimiste et serein.

On a donc droit à un Beck moins lourd, qui, malgré sa volonté d’exprimer des émotions très vives, a également voulu offrir autre chose qu’un vulgaire Sea Change 2 en offrant des compositions d’une grande complexité pour des pièces qui pourraient simplement être de simples guitare-voix. Écoutez Blue Moon, une des plus belles pièces de l’album, créée avec soin avec ses pièces qui semblent s’imbriquer l’une dans l’autre.

Malgré sa grande beauté, Morning Phase peut parfois être pénible, par exemple pendant Wave, qui aurait été plus à sa place sur une bande sonore de film qu’au beau milieu d’un album déjà très tranquille. Heureusement, Don’t Let It Go nous ramène rapidement dans le droit chemin…

Dans l’ensemble, il s’agit d’un excellent album, mais il se peut que vous ayez envie de décrocher à certains endroits. Prenez une pause, écoutez autre chose et retournez-y plus tard. Ça vaut la peine.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=WIWbgR4vYiw&w=480]

Beck – « Morning Phase » (Fonograf/Capitol)
8/10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *