Critique : Alexandre Désilets – « Fancy Ghetto »

Après nous avoir offert deux albums de musique pop atmosphérique très tendance, Alexandre Désilets bifurque vers une pop plus mouvante et énergique sur Fancy Ghetto, un album-crochet qui crée une dépendance dès la première écoute et qui devrait permettre à l’artiste d’atteindre enfin une renommée bien méritée.

Alexandre DésiletsFancy Ghetto est rempli de chansons pop variées qui se distinguent de ce qu’on trouvait sur les albums précédents par leur énergie canalisée de main de maître par Désilets et François Lafontaine (réalisateur de l’album). Au lieu de faire dans la sobriété qui a marqué les premiers albums de 2014, Désilets a opté pour une instrumentation riche, des arrangements complexes, des paroles (coécrites avec Mathieu Leclerc) qui groovent et des rythmes qui font danser, et ce, dès les premières notes d’Au diable, la première chanson de l’album. Même une pièce très atmosphérique comme le délicieux Hymne à la joie a du rythme (en plus d’un petit solo de guitare très années 1980).

Oui, au début de l’album, on pense à Nevsky, à Peter Peter et à quelques autres artistes qui ont fait dans la pop plus lumineuse ces derniers temps. Mais alors que les titres se succèdent, on découvre quelques particularités ici, quelques subtilités là et beaucoup de trucs qui mettent Désilets dans une classe à part. Seul Désilets a un Crime parfait dans son répertoire, groovy, enveloppé de synthés, qui fera claquer des doigts et taper du pied, ou un Bats-toi mon coeur au rythme effréné.

En plus de François Lafontaine (dont le jeu de piano est mis en évidence), Désilets a recruté Olivier Langevin (qui trouve encore le moyen de faire chanter sa guitare de toutes sortes de façons), Samuel Joly et François Plante. Ah, pis tant qu’à faire et avoir Lafontaine dans les parages, pourquoi ne pas demander à Julien Sagot de se laisser aller les percussions sur Bats-toi mon coeur? Pourquoi ne pas y ajouter les voix de Marie-Pierre Arthur et d’Erika Angell (que vous connaissez en tant que chanteuse de Thus:Owls)? Et pourquoi ne pas demander à Arthur de chanter sur l’émouvante Rejoins-moi, coécrite avec un Éric Goulet particulièrement en forme?

Le premier simple, Renégat, annonçait de belles choses pour Alexandre Désilets. Ouais, il plaçait la barre bien haute pour le reste de l’album, mais quand on l’entend presque à la fin du disque, c’était avec raison : Fancy Ghetto, c’est une bombe.

Un album que vous pouvez apprécier en toutes circonstances. Ça se prend bien.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=uUO2zQygyN0&w=480]
Site Web

Alexandre Désilets – « Fancy Ghetto » (Indica)
9/10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *