Critique : Paul McCartney – « New »

paul-mccartney-new-hbnt-10On reproche souvent à Paul McCartney son total manque de constance. On le sait capable de nous donner le meilleur comme le pire (Où est le soleil quelqu’un?).

Son dernier album pop, Memory Almost Full, faisait partie du bon stock et comptait d’excellents moments. Son album de reprises jazz en comptait de moins bons.

On était donc en droit de se demander dans quelle catégorie tomberait New, surtout qu’il y avait certains faits inquiétants, comme ce besoin de s’entourer de quatre réalisateurs différents et cette sensation d’entendre Penny Lane quand on entend la pièce-titre.

Eh ben voilà, rien à craindre, c’est à un McCartney particulièrement en forme qu’on a droit sur New, un album aux influences diverses où le prolifique Beatle semble plus actuel que jamais tout en multipliant les clins d’oeil à ses créations passées. Surtout, jamais on n’a l’impression d’avoir affaire à un homme de 71 ans.

L’album s’ouvre sur Save Us, un vrai rock n’ roll qui rappellera Only Mama Knows (Memory Almost Full). On dirait que Sir Paul voulait montrer à Alex Kapranos (Franz Ferdinand) qu’il était capable lui aussi de faire danser les jeunes filles… et les moins jeunes! Alligator aurait été approprié sur n’importe quel album de Paul et des Wings des années 1970.

Queenie Eye a un petit côté coloré que n’auraient pas détesté les autres membres des Beatles. Early Days fait un peu penser à Mother Nature’s Son.

Après New, la chanson qui n’a rien de nouveau (si on écoute les paroles, c’est voulu), se trouve ze extra-terrestre de l’album, qui a fait reculer plus d’un critique jusqu’à maintenant, mais qui, à mon avis, est le morceau le plus intéressant de cette offrande : Appreciate. C’est un peu comme si Sir Paul avait écouté du Beta Band avant de se rendre en studio. C’est hypnotique, ultra-atmosphérique, c’est complexe, c’est cool sans jamais être froid et le refrain donne le goût de hocher la tête avec une énergie contagieuse. Seul hic : la pièce détonne un peu sur un album sympa, mais assez conventionnel. Mais franchement, peut-on reprocher à McCartney de se promener champ gauche une fois de temps en temps?

Everybody Out There est un autre de ces airs typiquement McCartney, très pop et entraînant. Hosanna est une jolie ballade, mais elle ne passera pas à l’histoire.

I Can Bet est du pur Wings. C’est rythmé, c’est cool et le refrain est accrocheur. Et le pont mène direct à un petit solo… de clavier! Looking at Her est une autre de ces chansons un peu champ gauche par son instrumentation (très lourde en synthés), mais qu’on reconnaîtrait de toute façon par sa mélodie.

Road, qui clôt l’album, est une autre ballade, mais celle-ci est riche et complexe et semble montrer que McCartney a encore plein de choses à nous dire… et qu’il refuse de vieillir. Tant mieux.

En gros, New constitue un autre excellent album pour Paul McCartney dans une discographie qui en compte plusieurs (tout en comptant quelques trucs beaucoup moins intéressants). Les jeunes qui souhaitent faire de la musique devraient tendre l’oreille.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=fv3syIA5AYM&w=480]

Ma note : offset_8

Par Jacques Boivin

Propriétaire, rédacteur en chef, rédacteur, correcteur et photographe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *